La chambre d’Hippolyte 1999 – 2000

En référence à la caméra obscura et en hommage à un des pionniers de l’invention de la photographie Hippolyte Bayard*, je propose une série de photographies fondée sur la notion du temps et du souvenir, notions profondément transformées par l’invention du médium photographique au XIXe siècle. La cabane, entièrement peinte de noir, n’est pas sans évoquer l’appareil photographique (la chambre noire) mais aussi le laboratoire photographique, ce lieu hors du temps plongé dans l’obscurité, espace où naissent les photographies. Paradoxalement, le noir est ici source de lumière. Dans ces carrés noirs apparaissent des cercles de lumières, des marines. Ces traces métaphoriques sont obtenues dans ce lieu clos qui se laisse à peine pénétrer par la lumière pour agir comme un révélateur de l’invisible qui nous échappe(1).

(1) »Nous sommes séparés de l’invisible par l’apparence, l’écart irréductible dont toute photographie est l’image ».
Anne Marie Garrat photos de famille Ed du Seuil, Paris.

L’oeuvre composée de 24 photographies argentiques N&B marouflées sur aluminium et encadrée au format 206x86x2 cm fait partie des collections de l’artothèque de Vitré.