Bio

B rave mon premier hiver le 30 décembre 1960 à Tarbes
E tudes jusqu’au baccalauréat (techniques informatiques)
R évolution personnelle
N e veut faire que de la photographie, co-fondateur de Photographie E
A pprentissage de la photographie Professionnelle chez Photo-Durand à Lourdes
R éflexions et créations photographiques au sein de l’ARCP, centre culturel Le Parvis à Tarbes
D écide de s’installer à Paris comme photographe indépendant

M issions photographiques pour divers commanditaires
O rganise des ateliers de pratiques artistiques en milieux scolaires
L a reprise d’études en d’arts plastiques et en médiation culturelle concrétisent mon parcours culturel
nstallation à Lorient et reconversion professionnelle dans l’enseignement de l’éducation socioculturelle
N e se consacre qu’à des projets d’expositions et d’éditions
S uis mon chemin…

 

Photographier, c’est créer les conditions d’une rencontre, avec soi même, avec les autres, avec l’ailleurs, vers un horizon jusque là ignoré. C’est d’abord un acte, puis un objet de réflexion… A mes yeux la photographie est à l’image de la madeleine de PROUST, elle révèle l’ombre du souvenir, une part inconsciente de notre existence. Ma pratique trouve son équilibre dans cette tentative qui fuit toute stylisation , toute adhésion philosophique pour laisser plus de place au sens, à la vérité de l’acte spontané, à l’expression de la sensibilité, à l’imprévu. J’accepte la spécificité du médium et ses limites propres mais je l’enrichis du fruit d’une culture polymorphe, d’une curiosité insatiable, de la valeur de l’expérience. Je manipule l’objet photographique pour le rendre plus juste, pour être plus libre. Je vais à la rencontre des paysages, des hommes et des femmes, des lumières, des formes. J’observe les stèles des cimetières, les cimes de mes Pyrénées natales, mes enfants devant leurs émotions premières, les lieux intermédiaires, les brumes du passé sur le port de Lorient, la mer et son immensité depuis la cabane métamorphosée en chambre photographique, les jardins de Mellé au travers du regard des habitants, la magie de la beauté,  la fébrilité de la création. Je fabrique en images une intention photographique…un désir de récit où le souci de la lumière est m’est incontournable. Bernard Molins